Le 24 JUIN, "L'été se livre" à Liège...Les 24 et 25 à L'espace 7....

Aux éditions Audace, 5 nouvelles-minute. A trouver dans les librairies "Livre au Trésors" , "Agora", "Pax" et "Au comptoir asbl" à Liège...A commander dans toute librairie ou directement sur le site des éditions ou auprès de moi.

Webcal: //www.facebook.com/ical/u.php? Uid = 1303277762 & key = AQDeZ5KEYvaU7_JS

LE 5 AVRIL 2017 à L'ESPACE WALLONIE, à BRUXELLES.

 

Présentation par Joseph Bodson de mes 5 nouvelles-Minutes

 

Beau moment de partage

La critique de mes nouvelles sur le site de l'Association Royale des Ecrivains et Artistes Wallons...C'est ici! Cliquez sur ce lien:

Rencontre très riche avec les élèves d'une école de Liège pour la lecture et l'analyse de mes Nouvelles-Minutes.

 

Janvier 2017

 

SAMEDI 22 OCTOBRE 2016 - 20H30 - AU REFLEKTOR CLUB:LES SYNTAXES ELECTRONIQUES #2

Lecture slamée de mes textes

 

Venez nombreux pour notre deuxième rencontre. Après le Blues-Sphère Bar, le Reflektor club à Liège nous ouvre ses portes.

Association de mots d'images et de sons. Avec Steph Wunderbar à la musique et moi-même aux paroles.Une soirée électro suivra.

Pour tous ceux qui aiment les genres frontières.

Au Blues-Sphère Bar, "Les Syntaxes Electroniques".

Pour les amoureux des genres frontières.

Association de sons et de mots.

Nos visions, nos voyages, nos rêves, nos interrogations.

 

WELCOME!

SLAM au REFLEKTOR avec la ZONE et LES TERRITOIRES DE LA MEMOIRE, le 21 octobre 2015

Avec…Entre autres, Simon Raket, Fleury, Michèle Divoy…48FM...

CENSURE, IL Y A DU SANG SUR

 

Plumes de neige

qui se posent sur un sol sans réponses

Bulles de pluie qui éclatent

sur les bords de nos âmes jaunies

 

CENSURE,

IL Y A DU SANG SUR !

 

Idées clochardes, dérangées pas rangées,

Discours pas sages ou de passage,

 

Freud a dit :

Le premier à jeter une insulte

à la place d’une pierre

Est le fondateur

de la ci-vi-li-sa-tion.

  

CENSURE,

IL Y A DU SANG SUR !

 

Malgré vos grillages,

Vos biscuits, vos cacahuètes, 

Il y a un ailleurs en moi encore qui rêve :

Du pur trash bonbon, et des paysages

qui défilent à toute allure.

 

CENSURE,

IL Y A DU SANG SUR

 

Des cœurs emmêlés, éprouvés

et inquiets de bonheur

transforment vos murs

En bruissements bigarrés et purs.

 

CENSURE,

IL Y A DU SANG SUR

 

C’était sans compter sur nos atomes-citadelles : imprenables, inviolables, volatiles,

ils s’évadent et s’esquivent de tous vos barreaux,

Ils ne sont pas d’ici !

 

FREEDOM

FREIHEIT

SLOBODA

LIBERTAD

HURRIA

BONSOMI

 

CENSURE
IL Y A DU SANG SUR

 

En silence,

Très bas,

Un éternel été brille sur,

 

Il répare et reprise,

délicate aiguille, nos blessures.

 

Et il vous échappe...à l’infini. Il EXISTE !

  

 

© Anne-Françoise Schmitz

"LETTRE A UNE IMPATIENTE", publiée et lue pour les 10 ans de la Bafouille Incontinente. Sous la houlette de Marcelle Imhauser et de Boumboumtralala James! Avec, entre autres, Michèle Divoy, Karel Logist, Marc Imberecht, Monique Tomson, Laurent Demoulin…et d'autres…Octobre 2015

La nuit de la poésie

 

26 septembre 2015 au Hangar à Liège

avec Jean-Paul Bonjean et Pascal Lecqlerc

et aussi Michèle Divoy…Lisette Lombe, et puis moi…Parmi d'autres...

 

lecture de nos poèmes...


Le mien,

 

 "Coeur bat"

                                         Photos: stéphane Deleersnijder

LAISSER DIRE….

...VOUS EVADER DANS NOS VOYAGES...

 

 

Avec Philippe Herbet, 

Lecture de nos nouvelles au Blues-Sphère

Le mardi I er septembre 2015 à partir de 21H

 

 

….En guise de souvenir 

de ce petit moment, de cette tranche de lire...

La critique de Michèle Divoy,

Auteure/liseuse aux Parlantes à Liège

 

"Laisser Dire" du 1er septembre au Bluesphère:
Deux photographes sortent du silence de l'image, en élaguent les dentelles, creusent la pierre sacrificielle de l'errance, en raclent les mousses et plongent sa face obscure dans le bain de révélation de la "nouvelle".
Dans un silence quasi religieux défilent quatre Saint(e)s post modernes qui auraient gardé les yeux de l'adolescence et ses tourments, de ceux là qui courent nos rues, y jouent à 1 2 3 ..Paradis Artificiel. On les voit fuyant seuls, fuyant qui d'autre sinon eux mêmes.
Là où Philippe Herbet piste ses vives écorchées avec une dévotion infinie, en effleure les stigmates des pieux baisers de ses mots, An'fran Schmitz tapisse la boue de rosée, entoure ses Princes de lierre et de houx, habille du WHITE SATIN de sa voix leurs ombres aux gestes fous.
Il s'agit d'un cinéma muet a contrario, d'un cinéma aveugle où l'oreille regarde et l'oeil écoute. On pense à la Rose Blanche de Cioran et à l'auréole intacte de la Jeanne d'Arc de Théodor Dreyer qui aurait pris voix, tous voiles calcinés.
Toujours est il que, plume contre plume ventres ouverts et à bras le coeur, Philippe Herbet et An'fran Schmitz interceptent la chute libre de quatre Icare(sse)s androgynes en blouse de sang et string noir, mais dont la transparence domine ..et éblouit cependant. 
Se cachent ils en eux? Y renversent ils leurs angoisses? Le peuvent ils?

RIEN NE SERA SAUVE mais du TEMPS aura été donné et une fois l'image DITE, la Parole continuera à monter.

Michèle Divoy

          *   Les Nouvelles-Minute

                           pour les lecteurs pressés........ A venir tès bientôt 

 

 

 

 

 

                               " Je voudrais un toujours et je ne sais pas quelle forme ça a. "

        

                                                                         extrait de " Les identités remarquables"

                                     





Moment important et intense pour moi.


Partager ses mots.

Et espérer qu'ils parlent aux autres...

Ainsi font font font 

Trois petites nouvelles

Et puis s'en vont…..




Lecture 

au Blues Sphère

Avril 2015

Avec l'aimable accueil de Jean-Paul Brilmacker


Photos Stéphane Delleersnijder